UMICORE 50.280 € (-2.41 %)     KBC 68.220 € (+2.96 %)     BPOST 10.190 € (+0.49 %)     GREENYARD 8.610 € (-1.49 %)     CFE 86.900 € (0.00 %)     AB INBEV 60.990 € (-1.76 %)     VGP 139.600 € (-0.85 %)     WDP 29.220 € (-1.48 %)     MELEXIS 83.050 € (-3.99 %)     ACACIA PHARMA 2.170 € (-1.81 %)     TELENET GROUP 33.840 € (-0.53 %)     UCB 74.440 € (-2.21 %)     SOLVAY 113.050 € (-1.52 %)     AGEAS 51.520 € (-0.54 %)     GBL 90.140 € (-1.74 %)     ARGENX SE 205.100 € (-3.21 %)     INTERVEST OFF-WARE 22.100 € (-0.45 %)     PROXIMUS 17.170 € (-1.91 %)     KINEPOLIS GROUP 45.960 € (+0.57 %)     ASIT 0.440 € (-1.57 %)     ONTEX GROUP 11.040 € (-2.47 %)     COLRUYT 49.960 € (-0.16 %)     SOFINA 313.400 € (-1.51 %)     ELIA GROUP 87.900 € (-1.40 %)     AEDIFICA 103.800 € (-1.70 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 17.260 € (-2.60 %)     KBC ANCORA 38.020 € (+2.31 %)     COFINIMMO 129.500 € (-0.84 %)     BEKAERT 38.360 € (-1.18 %)     EKOPAK 18.500 € (+3.06 %)     MONTEA C.V.A. 93.800 € (+0.21 %)     GIMV 52.600 € (-0.57 %)     D'IETEREN 88.850 € (-0.67 %)     BARCO 20.320 € (-1.55 %)     MDXHEALTH 1.105 € (-1.34 %)     TITAN CEMENT 16.840 € (-1.17 %)     TUBIZE-FIN 76.100 € (-0.91 %)     EURONAV 7.544 € (-1.05 %)     RECTICEL 12.540 € (-1.26 %)     IMMOBEL 64.500 € (-0.46 %)     ECONOCOM GROUP 3.155 € (-1.71 %)     QUESTFOR GR-PRICAF 7.640 € (-0.26 %)     BREDERODE 102.600 € (-1.16 %)     XIOR 46.900 € (-1.47 %)     TESSENDERLO 35.200 € (-0.85 %)     AGFA-GEVAERT 3.725 € (-9.92 %)     OXURION 2.460 € (+0.41 %)     VAN DE VELDE 24.400 € (-0.41 %)     CARE PROPERTY INV. 25.100 € (-0.40 %)     VASTNED BELGIUM 30.200 € (-0.33 %)     IBA 16.300 € (-2.04 %)     CELYAD ONCOLOGY 4.810 € (+0.10 %)     ORANGE BELGIUM 21.650 € (-0.23 %)     ACKERMANS V.HAAREN 132.600 € (-0.97 %)     FAGRON 18.550 € (-2.01 %)     SEQUANA MEDICAL 8.840 € (+3.27 %)     UNIFIEDPOST GROUP 16.980 € (-1.05 %)     ATENOR 58.800 € (-1.01 %)     HYLORIS 13.600 € (-1.81 %)     DECEUNINCK 2.800 € (-1.41 %)  
   AHOLD DEL 22.970 € (-1.20 %)     ING GROEP N.V. 10.802 € (-1.91 %)     PHILIPS KON 45.330 € (-2.81 %)     ASM INTERNATIONAL 245.200 € (-3.88 %)     ASML HOLDING 510.400 € (-2.91 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 16.254 € (-2.38 %)     RELX 21.060 € (-3.48 %)     POSTNL 4.203 € (-2.96 %)     HEINEKEN 97.720 € (-1.79 %)     ADYEN 1 767.400 € (-3.95 %)     AEGON 3.920 € (-1.38 %)     BE SEMICONDUCTOR 60.500 € (-1.85 %)     UNILEVER 48.965 € (-1.51 %)     IMCD 121.400 € (-1.50 %)     FLOW TRADERS 33.320 € (-0.77 %)     PROSUS 84.810 € (-2.07 %)     GALAPAGOS 58.140 € (-1.81 %)     HAL TRUST 148.800 € (-1.72 %)     WOLTERS KLUWER 76.520 € (-2.32 %)     TECHNIP ENERGIES 12.405 € (-2.09 %)     ARCELORMITTAL SA 26.765 € (-3.15 %)     STELLANTIS NV 14.824 € (-1.83 %)     ARTEFACT 4.140 € (-3.61 %)     VALEO 26.660 € (-3.72 %)     WORLDLINE 74.930 € (-2.46 %)     I.CERAM 1.320 € (0.00 %)     AB SCIENCE 14.230 € (-3.59 %)     RENAULT 33.505 € (-5.21 %)     ORDINA 3.860 € (-3.50 %)     BOSKALIS WESTMIN 27.720 € (-1.91 %)     INNELEC MULTIMEDIA 7.720 € (-3.50 %)     THALES 84.480 € (-2.22 %)     AIRBUS 95.530 € (-2.88 %)     JC DECAUX SA. 23.500 € (-1.59 %)     VINCI 92.510 € (-2.42 %)     TOTAL 38.780 € (-1.42 %)     SAFRAN 122.200 € (-2.83 %)     SBM OFFSHORE 14.715 € (-1.70 %)     GROUPE CRIT 64.000 € (-2.14 %)     DANONE 56.260 € (-2.29 %)     L'OREAL 347.400 € (-1.42 %)     HOFFMANN 29.300 € (-4.56 %)     NANOBIOTIX 12.000 € (-1.64 %)     ESSILORLUXOTTICA 137.140 € (-1.94 %)     APERAM 46.860 € (-1.01 %)     STMICROELECTRONICS 28.995 € (-3.83 %)     SYNERGIE 37.200 € (-0.93 %)     SANOFI 84.900 € (-1.70 %)     SOCIETE GENERALE 25.280 € (-1.38 %)     ALSTOM 44.890 € (-3.57 %)     EUTELSAT COMMUNIC. 10.490 € (-1.22 %)     CREDIT AGRICOLE 13.234 € (-1.06 %)     BNP PARIBAS ACT.A 55.780 € (-0.07 %)     FAURECIA 43.830 € (-2.66 %)     MICHELIN 121.700 € (-2.01 %)     INNATE PHARMA 3.380 € (+5.36 %)     SHOWROOMPRIVE 3.650 € (-3.82 %)     AXA 22.650 € (-1.71 %)     CAPGEMINI 149.050 € (-3.62 %)     CARREFOUR 16.740 € (-0.42 %)  

Marriott: un audit pointe la faiblesse du PSE de l'hôtel Westin

04/05/2021 13:48
Le plan de sauvegarde de l'emploi du Westin Paris Vendôme, prestigieux hôtel de la galaxie Marriott, est assez faible pour les 168 salariés menacés puisqu'il va coûter "moins de 10%" des économies qu'il permettra de réaliser, selon un audit adressé au CSE que l'AFP s'est procuré mardi.
"Le coût du PSE ne représenterait qu'une faible part -moins de 10%- de la valeur des économies réalisées", pointent du doigt les experts-comptables d'Adeco Expertise dans un rapport du 31 mars adressé au comité social et économique.
A l'automne, un projet de rupture conventionnelle collective qui n'a pas abouti prévoyait ainsi des indemnités individuelles de départ en moyenne quasiment doublées par rapport à celles du PSE.
Les comptables ont calculé que le PSE allait coûter 7,34 millions d'euros au groupe et permettrait ensuite de réduire dès 2022 de six millions d'euros par an les coûts opérationnels, occasionnant ainsi sur la durée de l'investissement une "valeur des économies générées de l'ordre de 90 millions d'euros".
L'hôtel, administré par le groupe Marriott et fermé depuis le 18 novembre, emploie 367 personnes et dispose de 428 chambres. Depuis le 14 octobre 2018, il est codétenu par le fonds d'investissement britannique Henderson Park et Dubai Holding.
Les auditeurs assurent que sa situation avant la crise liée au Covid-19 était bonne puisque les nouveaux propriétaires ont dégagé un excédent brut d'exploitation de 12,4 millions d'euros du 15 octobre 2018 au 31 mars 2020. Ils n'éludent toutefois pas les difficultés économiques actuelles puisque cet indicateur économique a basculé dans le rouge (-8,5 M EUR) sur les neuf derniers mois de 2020.
Si les propriétaires, contraints de refinancer un prêt de 300 millions d'euros, n'y parviennent pas avant le 30 juin 2021, "plusieurs options sont envisagées", poursuivent les experts qui n'excluent pas la signature d'un "mandat de vente de l'immeuble".
Les auditeurs, qui précisent n'avoir pas réussi à obtenir tous les documents comptables demandées, relèvent également que "la relation avec les deux actionnaires" ne semble pas "aussi limpide" qu'au moment de la prise de contrôle.
Ils assurent également que les projections de la direction, qui ne souhaite pas faire de commentaires, sont "déconnectées" de celles transmises au pool bancaire lors du rachat et également, "ce qui est plus problématique", de celles retenues lors d'une renégociation du financement à l'automne.
A "l'oral", les dirigeants ont cependant fait preuve d'un certain optimisme tout en reconnaissant que l'alternative au PSE envisagée par Henderson Park passait par une "fermeture de l'hôtel (redressement judiciaire...)", écrivent les comptables.
Ils déplorent également que la direction refuse d'étudier tout scenario alternatif proposé par les représentants du personnel et "n'ait pas activé l'intégralité des dispositifs gouvernementaux" et aides d'Etat au plus fort de la crise sanitaire.
Pour justifier les mesures en cours, le Westin se fonde sur une absence de reprise de l'activité avant 2024. Cette "hypothèse" pessimiste est en décalage avec des études sectorielles de référence ainsi que celle "privilégiée par le franchiseur Marriott", note Adeco Expertise.
cd/cel/dch

(© 2021 AFP Finance)
© 2021 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


Fil info