GBL 82.160 € (-0.89 %)     WDP 28.340 € (-1.60 %)     ONTEX GROUP 8.520 € (-4.70 %)     PROXIMUS 16.200 € (-11.38 %)     SOLVAY 101.100 € (+0.05 %)     COFINIMMO 128.400 € (-1.23 %)     KBC 59.620 € (-4.06 %)     ARGENX SE 277.600 € (-0.43 %)     UCB 82.440 € (-4.14 %)     SIOEN 26.800 € (0.00 %)     TELENET GROUP 33.040 € (-1.78 %)     JENSEN-GROUP 26.500 € (+1.92 %)     ASCENCIO 46.900 € (+0.54 %)     RETAIL ESTATES 63.000 € (-2.33 %)     AB INBEV 47.460 € (-4.89 %)     QUESTFOR GR-PRICAF 6.860 € (+0.29 %)     LEASINVEST 76.000 € (-0.26 %)     SHURGARD 39.400 € (+3.01 %)     EURONAV 7.350 € (-2.39 %)     SIPEF 46.000 € (-1.60 %)     UNIFIEDPOST GROUP 19.700 € (-1.50 %)     KINEPOLIS GROUP 42.300 € (-4.51 %)     WERELDHAVE BELGIUM 43.300 € (-0.69 %)     OXURION 2.560 € (-2.29 %)     TINC 12.300 € (+0.41 %)     ATENOR 54.800 € (0.00 %)     VGP 143.400 € (+1.13 %)     MITHRA 20.600 € (+0.24 %)     BREDERODE 84.000 € (-1.18 %)     KBC ANCORA 33.120 € (-3.33 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 16.300 € (-1.33 %)     AEDIFICA 103.000 € (-1.90 %)     CARE PROPERTY INV. 25.450 € (-0.78 %)     VAN DE VELDE 22.400 € (-0.88 %)     ELIA GROUP 89.600 € (-2.18 %)     FAGRON 19.770 € (-1.64 %)     BIOCARTIS 4.410 € (-3.50 %)     CIE BOIS SAUVAGE 360.000 € (+1.12 %)     AGEAS 46.460 € (-0.81 %)     DECEUNINCK 2.390 € (-2.05 %)     ACKERMANS V.HAAREN 133.600 € (+2.61 %)     RECTICEL 12.740 € (+3.75 %)     MONTEA C.V.A. 93.200 € (-0.43 %)     D'IETEREN 70.100 € (-1.27 %)     MDXHEALTH 0.984 € (-3.72 %)     ORANGE BELGIUM 22.800 € (-1.94 %)     TER BEKE 105.000 € (-2.78 %)     BEFIMMO 33.650 € (-0.88 %)     BQUE NAT. BELGIQUE 1 815.000 € (+0.28 %)     BEKAERT 30.500 € (-1.23 %)     COLRUYT 49.640 € (-1.27 %)     NYXOAH 21.300 € (-0.14 %)     BARCO 20.340 € (-3.60 %)     ECONOCOM GROUP 3.075 € (-1.76 %)     AGFA-GEVAERT 3.720 € (-1.59 %)     IMMOBEL 65.000 € (-0.31 %)     GIMV 48.500 € (-0.61 %)     XIOR 46.050 € (+1.21 %)     INTERVEST OFF-WARE 21.450 € (-1.38 %)     SOFINA 274.500 € (-1.79 %)  
   BNP PARIBAS ACT.A 49.275 € (-2.06 %)     TOTAL 38.375 € (-2.74 %)     HIGH CO 5.400 € (-0.37 %)     GENFIT 4.276 € (-1.02 %)     SAFRAN 113.250 € (-2.66 %)     AXA 20.800 € (-1.65 %)     ARCELORMITTAL SA 19.358 € (-4.14 %)     EUROPCAR MOBILITY 0.276 € (-6.62 %)     GALAPAGOS 68.260 € (-3.31 %)     SOPRA STERIA GROUP 134.700 € (-5.07 %)     SAINT GOBAIN 44.420 € (+3.09 %)     GL EVENTS 10.760 € (-2.71 %)     AIRBUS 95.910 € (-3.05 %)     JUST EAT TAKEAWAY 79.880 € (-1.99 %)     AUREA 6.300 € (-1.56 %)     ASML HOLDING 465.350 € (-2.02 %)     PROSUS 98.060 € (-1.27 %)     LVMH 525.000 € (-1.13 %)     METROPOLE TV 16.560 € (-1.43 %)     SCOR SE 27.480 € (-0.79 %)     KIADIS 5.395 € (-0.09 %)     ACCOR 34.560 € (-0.55 %)     MICROPOLE 1.100 € (-3.51 %)     ING GROEP N.V. 9.039 € (-2.05 %)     PHILIPS KON 44.955 € (-1.43 %)     ASSYSTEM 25.100 € (-1.57 %)     CREDIT AGRICOLE 11.615 € (-1.57 %)     ESSILORLUXOTTICA 135.000 € (+0.07 %)     ADYEN 1 916.000 € (-0.96 %)     SOLUTIONS 30 SE 9.700 € (-1.52 %)     SCHNEIDER ELECTRIC 122.850 € (-1.64 %)     AHOLD DEL 21.840 € (-1.97 %)     BASIC-FIT 35.250 € (+0.71 %)     VIVENDI 28.570 € (-1.38 %)     KAUFMAN ET BROAD 36.650 € (-0.95 %)     CRCAM SUD R.A.CCI 156.000 € (0.00 %)     VALNEVA 11.080 € (-1.60 %)     DBV TECHNOLOGIES 8.815 € (-1.89 %)     EURONEXT 89.200 € (-1.05 %)     ELIOR GROUP 6.740 € (-5.80 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 16.904 € (-3.32 %)     BE SEMICONDUCTOR 62.380 € (+0.81 %)     ORANGE 9.548 € (-2.51 %)     ICADE 61.200 € (-1.61 %)     ELIS 14.340 € (-1.10 %)     INTERTRUST 13.500 € (+0.60 %)     RELX 19.500 € (-2.08 %)     JC DECAUX SA. 19.610 € (+0.82 %)     AIR FRANCE -KLM 5.578 € (+1.23 %)     BIOPHYTIS 1.406 € (+4.77 %)     VERALLIA 30.450 € (-2.72 %)     FASTNED 68.500 € (-25.95 %)     AIR LIQUIDE 124.700 € (-1.66 %)     VINCI 86.040 € (-2.14 %)     SES IMAGOTAG 38.100 € (-2.31 %)     KERING 524.900 € (-0.46 %)     GROUPE GUILLIN 23.150 € (-2.11 %)     IMCD 101.950 € (-1.35 %)     SBM OFFSHORE 14.685 € (-3.70 %)     NEURONES 25.600 € (-3.76 %)  

Marchés obligataires: faut-il craindre un emballement des taux d'emprunt?

23/02/2021 10:48
Et si une reprise économique trop rapide venait faire paniquer les marchés ? La récente forte remontée des taux d'emprunt d'Etat, reflet d'anticipations d'inflation en hausse, fait craindre ce scénario à certains.
En nette progression depuis plus d'une semaine, le taux américain à dix ans, référence sur le marché, est monté lundi jusqu'à 1,39%, son plus haut depuis un an, entraînant dans son sillage le taux allemand jusqu'à -0,28%, un niveau inédit depuis juin dernier, et rapprochant le taux français de la barre symbolique de 0%, avant que la situation ne s'apaise un peu mardi.
En cause: le fait que beaucoup d'investisseurs, à la faveur du vaste plan de relance annoncé par le président américain Joe Biden, d'indicateurs économiques encourageants et d'une amélioration de la situation sanitaire, tablent sur une hausse généralisée des prix à moyen terme.
"Il y a des tensions sur les prix à la production avec une envolée des prix des cargos sur les routes commerciales vers la Chine, et de fortes tensions sur les prix des matières premières", explique à l'AFP Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.
Il faut s'attendre à ce que les prix de l'énergie "augmentent encore", poursuit-il.
"La consommation aux Etats-Unis pourrait rebondir plus fort que prévu", complète l'expert, selon qui "toute la question est de savoir si cette hausse des prix sera temporaire et d'une ampleur limitée".
Pour l'heure, la cible d'une inflation autour de 2% affichée par les banques centrales européenne et américaine semble encore lointaine. Aux Etats-Unis, la hausse des prix a accéléré à +0,4% en décembre sur un mois mais ne s'est établie qu'à +1,3% sur l'année tandis qu'en zone euro, elle est redevenue positive en janvier après cinq mois négatifs, à +0,9% sur l'année.
Il est "peu probable" que l'inflation s'établisse de façon durable au-dessus de l'objectif de 2% annuels que vise la Fed, a ainsi affirmé vendredi la cheffe économiste du Fonds monétaire international (FMI), Gita Gopinath.
- Risque de krach ? -
Plus que la progression des rendements obligataires elle-même, conséquence des réajustements qu'opère le marché dans ses anticipations d'inflation, c'est sa rapidité qui inquiète.
"Si on a une accélération brutale des taux, c'est à ce moment-là que les marchés", qui évoluent depuis des mois dans un environnement où les rendements obligataires sont très bas, "peuvent craquer", d'abord aux Etats-Unis, prévient M. Le Liboux.
"Si le taux à dix ans américain continue de monter alors que la Fed laisse ses taux directeurs inchangés, cela mettra la pression sur cette dernière, qui a un moment donné va avoir des problèmes de crédibilité", juge M. Le Liboux.
L'institution américaine a déjà admis qu'elle pourrait tolérer, pendant un certain temps, une inflation supérieure à son objectif de 2% sans pour autant augmenter ses taux.
Mais si "les marchés commencent à se dire que la Fed est en retard et qu'elle se trompe", alors "il y aurait un risque de panique" parce que les investisseurs commenceraient "à anticiper un resserrement monétaire plus rapide que prévu", souligne M. Le Liboux.
L'emballement des marchés obligataires laisse toutefois "un peu sceptique" José Antonio Blanco, responsable de la gestion pour compte de tiers chez Swiss Life AM.
Avec les largesses monétaires et budgétaires actuelles, le potentiel d'inflation se matérialisera mais certainement pas cette année et "probablement même pas l'année prochaine", selon lui.
Ce "potentiel d'inflation ne peut se produire que s'il y a (...) plus ou moins de plein emploi et c'est quelque chose que nous ne voyons pas en ce moment", relève-t-il, à l'heure où le marché du travail est "très loin" d'être solide selon l'aveu du patron de la Fed lui-même début février.
"Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans" qui ont "hiberné suffisamment longtemps", devrait grimper, anticipe Nicholas Colas, cofondateur de la société de données financières américaine DataTrek, mais nous sommes loin des lendemains de la crise de 2009 où ils avaient "doublé en six mois".
alb-jra/ico/spi

(© 2021 AFP Finance)
© 2021 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


Fil info