ONTEX GROUP 11.770 € (-1.92 %)     UCB 103.500 € (-1.94 %)     SHURGARD 32.550 € (-2.54 %)     MELEXIS 69.300 € (-1.21 %)     CIE BOIS SAUVAGE 280.000 € (-1.75 %)     ARGENX SE 195.700 € (-0.91 %)     EURONAV 8.450 € (+0.48 %)     GBL 76.240 € (-0.47 %)     UMICORE 37.480 € (-1.55 %)     COFINIMMO 120.400 € (-0.99 %)     PROXIMUS 16.585 € (-2.76 %)     GIMV 45.500 € (-0.33 %)     CARE PROPERTY INV. 26.600 € (+1.33 %)     TITAN CEMENT 11.380 € (+2.52 %)     ASCENCIO 42.350 € (-0.47 %)     VGP 129.600 € (+6.75 %)     AGFA-GEVAERT 3.555 € (-1.52 %)     GREENYARD 5.230 € (+2.35 %)     ELIA GROUP 88.300 € (-0.34 %)     TELENET GROUP 31.500 € (-0.88 %)     AEDIFICA 97.800 € (+0.41 %)     XIOR 51.100 € (+0.59 %)     AGEAS 33.170 € (-2.30 %)     CRESCENT 0.037 € (+1.09 %)     BIOCARTIS 4.820 € (+0.42 %)     RETAIL ESTATES 54.400 € (+0.18 %)     KINEPOLIS GROUP 28.750 € (-0.17 %)     TUBIZE-FIN 79.200 € (-2.10 %)     SOFINA 241.500 € (+0.63 %)     KBC ANCORA 29.440 € (-1.54 %)     D'IETEREN 46.150 € (+0.33 %)     AB INBEV 46.045 € (-2.38 %)     SIOEN 17.750 € (0.00 %)     BONE THERAPEUTICS 2.190 € (+0.92 %)     WDP 28.050 € (+1.08 %)     CELYAD 8.620 € (-3.36 %)     MONTEA C.V.A. 96.800 € (+1.36 %)     OXURION 2.640 € (-2.22 %)     WERELDHAVE BELGIUM 49.900 € (-0.20 %)     ACKERMANS V.HAAREN 111.200 € (-0.89 %)     EXMAR 2.020 € (-1.94 %)     ORANGE BELGIUM 13.980 € (-0.43 %)     LEASINVEST 79.600 € (-0.75 %)     BREDERODE 73.700 € (-0.27 %)     JENSEN-GROUP 21.500 € (+1.42 %)     ATENOR 59.200 € (+0.34 %)     TESSENDERLO 25.550 € (-1.35 %)     BANIMMO A 2.620 € (-1.50 %)     MITHRA 17.500 € (-0.57 %)     BEFIMMO 38.450 € (-1.16 %)     COLRUYT 49.800 € (-0.56 %)     ACACIA PHARMA 2.780 € (+10.32 %)     DECEUNINCK 1.285 € (+1.18 %)     RESILUX 122.000 € (-0.81 %)     FAGRON 19.200 € (+3.67 %)     IMMOBEL 64.000 € (+0.63 %)     SIPEF 46.450 € (+0.32 %)     SOLVAY 69.400 € (-2.56 %)     INTERVEST OFF-WARE 21.500 € (+2.38 %)     IBA 8.590 € (+2.63 %)  
   DANONE 55.580 € (-0.86 %)     GENOMIC VISION 0.521 € (-11.54 %)     CHARGEURS 14.200 € (-4.31 %)     ASML HOLDING 307.900 € (-1.46 %)     AXA 17.030 € (-3.49 %)     DBV TECHNOLOGIES 4.122 € (-4.09 %)     CGG 0.827 € (-1.57 %)     ING GROEP N.V. 6.500 € (+5.55 %)     NOVACYT 3.560 € (-1.39 %)     EUROMEDIS GROUPE 9.700 € (+4.86 %)     VERIMATRIX 2.340 € (+3.54 %)     ROBERTET 908.000 € (-0.77 %)     SOLUTIONS 30 SE 14.250 € (-1.18 %)     DERICHEBOURG 2.450 € (0.00 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 13.210 € (-1.73 %)     UNILEVER 49.890 € (-0.82 %)     EUROPLASMA 3.479 € (+5.11 %)     ARCELORMITTAL SA 10.092 € (-1.25 %)     CRCAM BRIE PIC2CCI 21.500 € (-0.46 %)     ORANGE 9.738 € (-2.42 %)     HEINEKEN 76.720 € (-2.22 %)     VICAT 29.800 € (0.00 %)     HUNTER DOUGLAS 45.000 € (-4.26 %)     NN GROUP 33.510 € (+1.48 %)     SOPRA STERIA GROUP 134.800 € (+3.14 %)     WOLTERS KLUWER 68.780 € (-1.83 %)     ROTHSCHILD & CO 20.700 € (-1.43 %)     AHOLD DEL 26.220 € (-0.38 %)     ICADE 56.150 € (-2.26 %)     SCOR SE 20.920 € (-3.33 %)     FDJ 30.960 € (-0.48 %)     CNP ASSURANCES 10.900 € (+1.11 %)     SOCIETE GENERALE 13.302 € (-1.29 %)     EUROFINS SCIENT. 673.600 € (+17.39 %)     TOTAL 33.045 € (-2.35 %)     CORBION 33.750 € (+1.05 %)     PROSUS 83.900 € (-1.66 %)     SAFRAN 98.540 € (+1.67 %)     LEXIBOOK LINGUIST. 1.020 € (+1.49 %)     INVENTIVA 9.300 € (-0.11 %)     ADYEN 1 470.000 € (-0.47 %)     THALES 65.740 € (-0.39 %)     NAVYA 2.120 € (-1.85 %)     KIADIS 1.800 € (0.00 %)     PHARMAGEST INTER. 83.600 € (+1.83 %)     CARBIOS 23.850 € (-7.02 %)     GTT 82.300 € (-0.36 %)     MND 0.175 € (-6.52 %)     WORLDLINE 72.260 € (-1.50 %)     KERING 483.050 € (-1.77 %)     OENEO 11.480 € (+0.17 %)     ABEO 6.700 € (-2.62 %)     BIOPHYTIS 0.657 € (-1.20 %)     JDE PEET'S 38.060 € (-0.42 %)     RUBIS 40.160 € (-0.45 %)     LVMH 374.000 € (-0.56 %)     EUROCOMMERCIAL 10.340 € (-2.08 %)     EUTELSAT COMMUNIC. 8.698 € (-0.02 %)     COVIVIO 62.900 € (-1.80 %)     SARTORIUS STED BIO 266.800 € (+0.68 %)  

L'ancien patron de Pemex Emilio Lozoya en liberté conditionnelle

01/08/2020 17:05
L'ancien patron de la compagnie pétrolière d'Etat mexicaine Pemex, Emilio Lozoya, est sorti samedi en liberté conditionnelle d'un hôpital du Mexique, dans l'attente d'être jugé pour sa participation présumée à une affaire de pots-de vins versés par le groupe brésilien Odebrecht.
Selon une source proche du dossier, Emilio Lozoya "est sorti de l'hôpital" tôt samedi, équipé d'un bracelet électronique.
Très proche d'Enrique Peña Nieto, président mexicain de 2012 à 2018, Emilio Lozoya, 45 ans, avait été arrêté dans le sud de l'Espagne le 12 février.
Le 17 juillet, il est arrivé à Mexico après avoir été extradé et, souffrant d'anémie, il n'avait pas été transféré dans une prison mais hospitalisé.
Mardi et mercredi dernier, il a été entendu par videoconférence par la justice mexicaine, qui a conclu à l'existence d'éléments suffisants pour qu'il soit jugé: elle le soupçonne d'avoir touché plus de dix millions de dollars de pots-de-vin du groupe de BTP Odebrecht, en échange de l'attribution de futurs marchés publics.
"Vous saviez que les fonds venaient d'Odebrecht et vous avez reçu 10,5 millions de dollars de pots-de-vin", a déclaré un procureur lors de cette audience, ajoutant que sa mère et son épouse étaient également impliquées.
Placé en liberté conditionnelle, Emilio Lozoya, qui plaide non coupable, s'est vu interdire de quitter Mexico et devra se présenter tous les 15 jours devant un tribunal.
La justice le considère comme un élément clé pour déterminer si les pots-de-vin payés par Odebrecht ont servi à financer la campagne présidentielle d'Enrique Peña Nieto en 2012.
M. Lozoya était directeur des affaires internationales dans le cadre de la campagne de l'ancien chef de l'Etat, après avoir été durant trois ans conseiller d'Odebrecht au Mexique.
Selon l'accusation, il a tenté "de cacher divers mouvements et comptes bancaires, en particulier lorsqu'il dirigeait" la campagne présidentielle.
Directeur général de Pemex de 2012 à 2016, Emilio Lozoya est la personne de plus haut rang impliquée au Mexique dans les pots-de-vin que la multinationale brésilienne aurait versés en échange de futurs marchés publics.
M. Lozoya doit également être jugé pour avoir autorisé, lorsqu'il était directeur de Pemex, l'achat d'une usine d'engrais pour 485 millions de dollars, un coût jugé excessif compte tenu du mauvais état des installations qui n'avaient pas été utilisées pendant 14 ans.
Il est accusé d'avoir reçu un paiement de trois millions de dollars des propriétaires de l'usine avant la vente, une somme qu'il aurait utilisée pour s'acheter une luxueuse villa à Mexico.
Emilio Lozoya avait démissionné en 2016 de Pemex, la plus grande entreprise publique du Mexique sujette à de graves problèmes financiers.

(© 2020 AFP Finance)
© 2020 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


Fil info