BPOST 6.250 € (+1.46 %)     AGEAS 34.890 € (-6.69 %)     BARCO 132.400 € (-0.53 %)     SOLVAY 65.800 € (-1.41 %)     RETAIL ESTATES 45.050 € (-0.55 %)     KINEPOLIS GROUP 32.000 € (-1.69 %)     MELEXIS 45.800 € (-1.21 %)     KBC 42.820 € (-3.03 %)     BEFIMMO 40.450 € (-1.34 %)     COLRUYT 51.380 € (+2.47 %)     UCB 80.260 € (+1.88 %)     AB INBEV 40.130 € (-0.11 %)     OXURION 2.400 € (-3.03 %)     WERELDHAVE BELGIUM 53.000 € (+1.15 %)     FAGRON 16.910 € (-1.34 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 12.280 € (-0.97 %)     GBL 67.620 € (-0.35 %)     UMICORE 32.000 € (-1.90 %)     KBC ANCORA 25.300 € (-1.94 %)     WDP 24.275 € (-1.32 %)     TINC 12.500 € (+1.21 %)     SOFINA 188.800 € (-1.97 %)     ECONOCOM GROUP 1.584 € (+1.15 %)     LEASINVEST 84.000 € (-0.71 %)     ONTEX GROUP 15.270 € (-2.12 %)     TELENET GROUP 29.600 € (+1.86 %)     TESSENDERLO 25.800 € (+0.78 %)     ARGENX SE 121.300 € (-0.49 %)     ACACIA PHARMA 2.280 € (+1.33 %)     MONTEA C.V.A. 83.300 € (-0.48 %)     FNG NV 5.450 € (0.00 %)     COFINIMMO 116.400 € (-0.51 %)     EURONAV 8.750 € (+0.92 %)     ORANGE BELGIUM 15.800 € (0.00 %)     PROXIMUS 20.400 € (-2.35 %)     BIOCARTIS 3.490 € (-1.83 %)     ACCENTIS 0.049 € (+2.11 %)     VGP 94.400 € (-0.21 %)     CELYAD 6.770 € (+1.04 %)     MDXHEALTH 0.604 € (-1.47 %)     INTERVEST OFF-WARE 22.000 € (-1.35 %)     KEYWARE TECH. 0.650 € (+6.56 %)     ELIA GROUP 91.200 € (-2.04 %)     ACKERMANS V.HAAREN 116.000 € (0.00 %)     VOLKSWAGEN 116.300 € (-3.88 %)     AEDIFICA 92.000 € (-0.33 %)     SHURGARD 28.000 € (+0.18 %)     ASCENCIO 38.550 € (-0.90 %)     TUBIZE-FIN 64.700 € (+1.89 %)     CFE 63.300 € (+0.32 %)     GLOBAL GRAPHICS 2.460 € (-8.21 %)     CRESCENT 0.025 € (+5.86 %)     D'IETEREN 42.400 € (+0.24 %)     IBA 7.850 € (-1.75 %)     GREENYARD 3.740 € (+1.08 %)     HOME INVEST BE. 107.000 € (-1.38 %)     BALTA GROUP 0.800 € (-1.23 %)     NYRSTAR 0.139 € (+1.17 %)     VASTNED RETAIL BEL 27.700 € (+0.73 %)     SMARTPHOTO GROUP 14.700 € (-2.00 %)  
   ASML HOLDING 225.750 € (-1.66 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 17.644 € (-1.05 %)     PROSUS 60.180 € (-2.78 %)     AEGON 2.050 € (-10.25 %)     DSM KON 103.100 € (+1.18 %)     ENGIE 8.644 € (-2.81 %)     PHILIPS KON 36.215 € (+0.65 %)     NN GROUP 21.990 € (-9.77 %)     ESSILORLUXOTTICA 94.940 € (-1.45 %)     ALTICE EUROPE N.V. 3.301 € (+0.21 %)     MEDIAWAN 6.850 € (-1.15 %)     UNILEVER 44.640 € (+0.29 %)     GALAPAGOS 173.350 € (-0.66 %)     SANOFI 80.760 € (+1.61 %)     KERING 451.650 € (-0.87 %)     SAFRAN 66.220 € (-3.47 %)     AVENIR TELECOM 0.010 € (-0.95 %)     ALFEN 22.450 € (-3.65 %)     GENOMIC VISION 0.409 € (+17.02 %)     IPSEN 49.520 € (-3.66 %)     ADYEN 731.400 € (-1.19 %)     ADP 84.900 € (-0.24 %)     MADVERTISE 0.255 € (-1.92 %)     THERANEXUS 7.600 € (+16.56 %)     EUROFINS SCIENT. 450.500 € (+2.39 %)     AIR LIQUIDE 114.600 € (+1.15 %)     DANONE 55.960 € (-1.48 %)     ARKEMA 64.860 € (-1.67 %)     BOUYGUES 25.370 € (+0.08 %)     ABIONYX PHARMA 1.076 € (+2.67 %)     FDJ 21.110 € (-1.81 %)     AIR FRANCE -KLM 4.918 € (+0.24 %)     TOTAL 35.100 € (-3.25 %)     ARCELORMITTAL SA 7.886 € (-2.32 %)     ADOCIA 8.500 € (-3.30 %)     VEOLIA ENVIRON. 17.575 € (-5.46 %)     ORANGE 10.880 € (-1.54 %)     PUBLICIS GROUPE SA 27.360 € (+4.99 %)     LVMH 323.900 € (-0.45 %)     ASM INTERNATIONAL 84.400 € (-1.12 %)     EUROPLASMA 0.001 € (0.00 %)     INGENICO GROUP 92.640 € (+0.56 %)     DERICHEBOURG 2.310 € (-0.43 %)     BNP PARIBAS ACT.A 25.040 € (-3.86 %)     AIRBUS 50.350 € (+0.16 %)     SWORD GROUP 23.900 € (-2.65 %)     SAINT GOBAIN 21.500 € (-1.38 %)     CLARANOVA 4.038 € (-1.03 %)     L'OREAL 238.300 € (+0.13 %)     AXA 13.816 € (-5.59 %)     ELIOR GROUP 5.485 € (-4.19 %)     SCHNEIDER ELECTRIC 74.000 € (+0.54 %)     EIFFAGE 62.260 € (-0.83 %)     PAULIC MEUNERIE 4.400 € (-4.35 %)     ING GROEP N.V. 4.716 € (-2.06 %)     CARREFOUR 14.390 € (+1.16 %)     UBISOFT ENTERTAIN 69.560 € (+1.25 %)     VINCI 65.180 € (+0.12 %)     GAUSSIN 0.132 € (+2.17 %)     AMOEBA 1.380 € (+7.81 %)  

Le rouge reprend le dessus sur des marchés effrayés par la propagation implacable du virus

26/03/2020 09:30
L'horizon s'est obscurci jeudi pour les marchés, à nouveau en baisse, effrayés par la propagation implacable du coronavirus partout dans le monde et en particulier aux États-Unis, première économie de la planète.
Le rouge a fait son retour en Asie, où Tokyo notamment, après deux séances de gains spectaculaires, a brutalement marqué le pas, face aux craintes croissantes d'une flambée de la maladie dans la capitale japonaise.
La petite éclaircie des deux derniers jours en Europe a également été balayée.
Vers 10H00 (08H00 GMT), Paris perdait 1,88%, Francfort 2,01% et Londres 2,41%. Milan reculait de 1,50% et Madrid de 2,37%.
Malgré un confinement qui concerne désormais plus de trois milliards de personnes, le bilan ne cesse en effet de monter avec quelque 20.600 victimes.
"La tendance négative du matin est à mettre sur le compte de la propagation quasi incontrôlée du virus aux États-Unis et en particulier à New York, qui se confine de plus en plus", a estimé John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud.
"Sur les marchés, une nouvelle séquence va s'ouvrir. Maintenant que les investisseurs ont au moins partiellement digéré la mise en place de plans de soutien budgétaire massifs et de chèques en blanc de la part des banques centrales, quelle tournure vont prendre les événements ?", s'est interrogé Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.
"Il s'agit toujours d'évaluer si la pandémie va poursuivre sa propagation rapide ou si les mesures de confinement vont rapidement ralentir le rythme de sa progression, permettant ainsi une reprise rapide de l'activité, a-t-il poursuivi. "Avec ce risque en toile de fond : l'épidémie va-t-elle repartir dès que les efforts seront relâchés ?".
Car selon lui, "si des mesures de distanciation sociale peuvent sans doute s'appliquer de manière durable sans compromettre le rebond de l'activité, comme c'est le cas en Chine, il reste à voir si l'Europe et les Etats-Unis parviendront à suivre l'exemple des pays du sud-est asiatique".
Dans ce contexte, le marché du pétrole évoluait aussi dans le rouge peu avant 07H00 GMT, avec un prix du baril de brut américain WTI en retrait de 2,29% à 23,93 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord perdait 1,42% à 27,00 dollars.
Le dollar reperdait pour sa part du terrain face au yen. En revanche l'euro continuait de s'apprécier face à la monnaie nippone et au dollar.
Sur le marché de la dette, largement irriguée par les banques centrales, les mouvements restaient limités.
- emploi aux Etats-Unis -
Mercredi, les indices européens avaient pourtant "enregistré leur deuxième séance de gains décents, aidés par la perspective de dépenses de relance plus importantes", en particulier en Allemagne et aux Etats-Unis, a rappelé M. Hewson.
Le Sénat américain a approuvé mercredi à l'unanimité un plan "historique" de 2.000 milliards de dollars pour soutenir la première économie mondiale, asphyxiée par la pandémie de coronavirus qui a déjà contaminé près de 69.000 personnes et fait plus de 1.000 morts aux Etats-Unis.
Le plan doit encore être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, lors d'un vote prévu vendredi, avant d'être promulgué par le président américain.
En Allemagne, les députés, après des années de rigueur budgétaire, ont également adopté un plan de sauvetage "historique" de près de 1.100 milliards d'euros.
Alors que les dirigeants du G20 tiennent un sommet virtuel jeudi pour coordonner leur réponse à la menace de récession, ce que les investisseurs attendaient désormais avec anxiété les derniers chiffres des demandes hebdomadaires d'allocations chômage outre-Atlantique.
Ils "sont susceptibles de dépasser largement la barre du million", a anticipé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.
En Allemagne, le moral des consommateurs allemands devrait s'effondrer en avril, reflétant l'aggravation de la pandémie, selon le baromètre GfK.
En France, le climat des affaires a chuté "lourdement" en mars, enregistrant son recul le plus fort depuis le lancement de cet indicateur en 1980.
"Si la chute du climat des affaires publiée en France ce matin au titre du mois de mars n'est pas une surprise, la statistique économique qui sera la plus observée aujourd'hui concerne les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis", a souligné M. Le Liboux en notant que "le consensus attend un bond à 1,64 million la semaine passée, mais certaines estimations vont jusqu'à 4 millions".
bur-abx/jld/lth

(© 2020 AFP Finance)
© 2020 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


Fil info