BONE THERAPEUTICS 4.450 € (-1.55 %)     BIOCARTIS 10.720 € (-1.47 %)     ONTEX GROUP 13.080 € (-4.39 %)     GBL 85.800 € (-0.63 %)     ECONOCOM GROUP 3.100 € (-0.32 %)     COLRUYT 51.120 € (-2.81 %)     RESILUX 134.500 € (+0.37 %)     MELEXIS 56.850 € (-0.18 %)     AB INBEV 79.390 € (-0.50 %)     D'IETEREN 39.200 € (+5.38 %)     UMICORE 26.770 € (-1.33 %)     MONTEA C.V.A. 74.200 € (-0.40 %)     KBC ANCORA 39.380 € (-0.71 %)     GIMV 55.900 € (-0.71 %)     ORANGE BELGIUM 16.420 € (+0.24 %)     DECEUNINCK 2.030 € (-0.49 %)     BARCO 183.600 € (-0.54 %)     PROXIMUS 25.910 € (+1.49 %)     EXMAR 5.540 € (-1.60 %)     VIOHALCO 4.240 € (+3.41 %)     RETAIL ESTATES 78.700 € (+0.51 %)     BEFIMMO 51.800 € (+0.39 %)     GREENYARD 3.285 € (-4.64 %)     CELYAD 10.960 € (+1.67 %)     LEASINVEST 102.500 € (+0.49 %)     FAGRON 17.930 € (+0.79 %)     VGP 72.800 € (-1.09 %)     ACKERMANS V.HAAREN 131.500 € (-0.75 %)     TUBIZE-FIN 61.600 € (+0.16 %)     MITHRA 24.320 € (0.00 %)     OXURION 3.990 € (+2.31 %)     IBA 13.900 € (+0.43 %)     IMMOBEL 59.000 € (+1.37 %)     BREDERODE 61.000 € (+1.33 %)     SIPEF 42.750 € (-2.40 %)     AGEAS 44.650 € (+0.90 %)     KBC 56.280 € (-0.04 %)     ATENOR 71.400 € (-0.83 %)     MDXHEALTH 1.300 € (-4.13 %)     SIOEN 24.850 € (-1.39 %)     INTERVEST OFF-WARE 25.850 € (+1.37 %)     WDP 144.400 € (+0.28 %)     CFE 81.900 € (-0.61 %)     RECTICEL 7.840 € (-1.01 %)     BPOST 8.200 € (-0.49 %)     ELIA 64.500 € (-0.46 %)     XIOR 45.800 € (+0.77 %)     KINEPOLIS GROUP 48.000 € (+2.45 %)     TESSENDERLO 29.250 € (+0.34 %)     EURONAV 7.885 € (-0.76 %)     TELENET GROUP 48.800 € (+0.41 %)     ACACIA PHARMA 1.500 € (-0.53 %)     COFINIMMO 111.600 € (-0.36 %)     SOFINA 168.200 € (-0.24 %)     ASCENCIO 56.600 € (+0.35 %)     ARGENX SE 123.200 € (+1.40 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 20.800 € (-0.95 %)     JENSEN-GROUP 32.500 € (-1.52 %)     UCB 72.400 € (+0.61 %)     SOLVAY 89.440 € (-0.33 %)  
   EUROCOMMERCIAL 23.640 € (-3.90 %)     CARMAT 19.780 € (-1.00 %)     LYSOGENE 2.040 € (+4.62 %)     ADYEN 669.800 € (-1.62 %)     GALAPAGOS 112.800 € (+0.09 %)     ATARI 0.373 € (+0.81 %)     DBV TECHNOLOGIES 14.820 € (-1.20 %)     ING GROEP N.V. 9.793 € (-0.67 %)     KIADIS 7.730 € (-0.26 %)     ORDINA 1.738 € (-2.36 %)     SOCIETE GENERALE 21.565 € (-2.20 %)     PUBLICIS GROUPE SA 47.350 € (-1.27 %)     UBISOFT ENTERTAIN 67.260 € (-1.90 %)     COVIVIO HOTELS 26.000 € (+0.78 %)     REWORLD MEDIA 3.230 € (+0.31 %)     BOURBON CORP. 1.832 € (-1.61 %)     ABN AMRO Group 18.425 € (-2.80 %)     UNILEVER DR 54.390 € (+0.41 %)     REMY COINTREAU 121.100 € (+0.50 %)     EDF 11.085 € (-2.72 %)     LVMH 371.250 € (+0.80 %)     HEINEKEN 99.760 € (+0.36 %)     SANOFI 77.120 € (-0.72 %)     AMG 25.100 € (+0.40 %)     VISIOMED GROUP 0.032 € (+14.08 %)     SODEXO 101.700 € (+0.15 %)     VALLOUREC 2.478 € (-1.98 %)     CARREFOUR 17.035 € (+0.21 %)     EIFFAGE 89.040 € (+0.32 %)     AKWEL 16.180 € (-2.29 %)     RUBIS 48.320 € (+1.90 %)     BUREAU VERITAS 21.830 € (+0.46 %)     ASM INTERNATIONAL 55.120 € (+0.40 %)     S.E.B. 153.300 € (-1.22 %)     DASSAULT AVIATION 1 242.000 € (-1.35 %)     BOUYGUES 31.920 € (-0.59 %)     CARMILA 14.920 € (-0.40 %)     SOITEC 94.150 € (-0.58 %)     FUGRO 7.384 € (+0.44 %)     NANOBIOTIX 9.560 € (-0.78 %)     VIVENDI 24.940 € (+0.85 %)     INTERPARFUMS 41.550 € (-1.42 %)     ALTRAN TECHN. 11.470 € (+0.09 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 28.880 € (-0.35 %)     KLEPIERRE 29.390 € (-1.24 %)     SOMFY SA 82.500 € (+3.38 %)     FASTNED 41.850 € (-21.02 %)     EUROFINS SCIENT. 361.400 € (-3.88 %)     LUCASBOLS 14.400 € (+0.35 %)     ACCOR 36.760 € (+1.43 %)     RALLYE 6.380 € (+4.93 %)     UNIBAIL-RODAMCO-WE 129.250 € (-3.65 %)     SAFRAN 131.450 € (-0.30 %)     RENAULT 55.590 € (-1.00 %)     BENETEAU 9.725 € (-2.41 %)     TELEPERFORMANCE 173.200 € (-0.69 %)     PHARMING GROUP 0.740 € (-0.72 %)     KAUFMAN ET BROAD 31.840 € (-1.12 %)     TOMTOM 9.471 € (+1.65 %)     OL GROUPE 3.290 € (+0.61 %)  

"Corruption" et "marchés truqués" chez EDF: 38 prévenus jugés à Nanterre

12/06/2019 17:33
Un total de 38 prévenus, dont un ex-cadre d'EDF, étaient présents ou représentés mercredi à l'ouverture de leur procès devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour répondre de corruption et de marchés truqués au sein du géant électrique.
Les prévenus, dont quatre femmes, se sont pressés mercredi matin dans une salle d'audience trop exiguë pour que tout le monde puisse s'asseoir. Après un long rappel des faits, le principal prévenu, au coeur de ce que les enquêteurs ont qualifié de "pacte de corruption", a d'abord été interrogé sur ses fonctions comme "acheteur référent" au sein d'EDF.
Silhouette fluette et chevelure poivre et sel, Christian M. était chargé jusqu'en 2012 des marchés liés à l'entretien des centrales thermiques.
Comparaissant libre sous contrôle judiciaire, aux côtés de son épouse poursuivie pour recel, l'homme de 64 ans a minutieusement expliqué quelles étaient ses fonctions au sein de l'agence EDF de La Défense chargée de ces marchés, dans laquelle il a été muté en 2003, en pleine période de restructuration de l'entreprise. Un "rôle de facilitateur", a résumé la présidente Gwenaël Keromes.
Mais la magistrate a aussi rappelé que certains sous-traitants avaient fait part de son "pouvoir décisionnaire démolisseur" ou encore de sa "capacité de nuisance" dans l'attribution des marchés. Une vision "complètement erronée", a rétorqué le prévenu à la voix mal assurée.
Il est néanmoins accusé d'avoir, entre 2002 et 2012, favorisé mais aussi fourni des informations confidentielles à certaines sociétés afin qu'elles obtiennent des marchés passés par EDF, partie civile au procès.
En échange, les sociétés lui versaient de l'argent ou lui fournissaient des faveurs en nature.
"J'aurais jamais dû faire ça", "j'étais pris dans un engrenage", a répété le prévenu, disant "regretter" ses actes. L'homme, sur dénonciation d'un sous-traitant, avait été interpellé et placé quatre mois en détention provisoire à quelques mois de la retraite.
Les enquêteurs estiment que le système mis en place lui aurait rapporté plus d'un million d'euros, versés par neuf entreprises sous-traitantes. Quatre d'entre elles sont convoquées devant le tribunal, les autres ayant déposé le bilan ou signé un accord à l'amiable pour payer une amende et éviter un procès.
Pour verser l'argent sans soulever de soupçons, les sous-traitants devaient passer par un intermédiaire, Bertrand A., lui aussi renvoyé devant le tribunal, qui leur facturait une fausse mission de conseil par le biais d'une société basée en Tunisie.
L'argent était ensuite transféré vers un compte au Luxembourg, d'où il était retiré puis remis en mains propres à l'acheteur d'EDF, en espèces et toujours dans des lieux différents. Sur chaque transaction, Bertrand A. touchait une commission de 30%.
Les pots-de-vin prenaient aussi la forme de cadeaux: travaux, voyages, vélos électriques, table aquarium, jukebox, vins fins...
Neuf entreprises ayant fourni de fausses factures en échange de prestations pour Christian M. sont aussi poursuivies.
"Ce dossier est un vrai cas d'école", un dossier "exemplaire" à plusieurs égards, notamment par le nombre de parties concernées qui vont de TPE à des sociétés faisant des milliards d'euros de chiffre d'affaires, a souligné Mme Keromes en préambule, qualifiant le système de corruption ayant eu cours chez EDF de "parfaitement intégré", "systématique".
"Un acte isolé", avait pourtant fait valoir quelques jours avant le procès Emmanuel Tordjman, avocat d'EDF, qui s'est constituée partie civile.
Le procès doit durer jusqu'au 12 juillet. La décision devrait être rendue le 16 septembre.
cal/epe/it

(© 2019 AFP Finance)
© 2019 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière