FAGRON 19.590 € (+0.72 %)     AGEAS 41.680 € (-0.67 %)     SOLVAC NOM(RETAIL) 115.000 € (+3.60 %)     AB INBEV 57.400 € (+0.58 %)     SHURGARD 34.050 € (-2.30 %)     BEFIMMO 38.100 € (-2.56 %)     ELIA GROUP 95.400 € (+1.92 %)     TELENET GROUP 35.480 € (+1.90 %)     UMICORE 38.560 € (+1.88 %)     ARGENX SE 234.600 € (+2.18 %)     MELEXIS 79.350 € (+2.85 %)     KBC 59.840 € (+1.29 %)     KINEPOLIS GROUP 37.550 € (-6.13 %)     ACKERMANS V.HAAREN 124.500 € (+1.72 %)     KBC ANCORA 35.500 € (+0.80 %)     BEKAERT 26.040 € (+0.15 %)     XIOR 50.600 € (+0.60 %)     GBL 82.640 € (+0.58 %)     VASTNED RETAIL BEL 25.000 € (-3.47 %)     SOLVAY 96.980 € (+1.85 %)     ECONOCOM GROUP 2.430 € (-0.21 %)     GIMV 49.850 € (-0.10 %)     MITHRA 22.350 € (+9.56 %)     NYRSTAR 0.635 € (+6.01 %)     PROXIMUS 18.040 € (+2.62 %)     BARCO 18.695 € (-0.37 %)     COLRUYT 49.190 € (+0.70 %)     COFINIMMO 124.800 € (-0.16 %)     RETAIL ESTATES 60.400 € (+0.50 %)     BPOST 10.480 € (+1.35 %)     ROULARTA 15.050 € (+7.50 %)     AEDIFICA 97.000 € (-0.10 %)     ONTEX GROUP 10.380 € (-1.70 %)     RECTICEL 9.650 € (+2.33 %)     ACACIA PHARMA 2.450 € (+2.08 %)     BREDERODE 80.000 € (+0.63 %)     IMMOBEL 62.800 € (+0.96 %)     EURONAV 6.835 € (-0.15 %)     INTERVEST OFF-WARE 22.650 € (-0.66 %)     WERELDHAVE BELGIUM 46.900 € (-1.68 %)     CELYAD ONCOLOGY 8.150 € (+2.00 %)     NYXOAH 16.694 € (+0.57 %)     UCB 90.380 € (-0.51 %)     BIOCARTIS 4.880 € (+2.41 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 15.020 € (+3.44 %)     IBA 12.140 € (-3.04 %)     MDXHEALTH 0.901 € (+0.78 %)     WDP 28.180 € (+1.66 %)     GREENYARD 6.100 € (+1.67 %)     VAN DE VELDE 22.850 € (+1.56 %)     AGFA-GEVAERT 3.480 € (-0.57 %)     EXMAR 2.540 € (+1.40 %)     TESSENDERLO 32.050 € (+0.16 %)     CFE 76.500 € (+6.25 %)     QUESTFOR GR-PRICAF 5.980 € (+0.34 %)     BQUE NAT. BELGIQUE 1 800.000 € (-0.28 %)     OXURION 2.950 € (+1.72 %)     CARE PROPERTY INV. 27.200 € (-1.09 %)     TER BEKE 115.000 € (-0.86 %)     D'IETEREN 59.800 € (+2.05 %)  
   UNILEVER 50.600 € (-0.71 %)     VOPAK 45.810 € (+1.24 %)     ALTICE EUROPE N.V. 4.471 € (+0.31 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 15.134 € (-0.05 %)     ARCELORMITTAL SA 15.414 € (+0.84 %)     SBM OFFSHORE 16.430 € (+0.98 %)     ASML HOLDING 365.000 € (+2.11 %)     AEGON 3.088 € (-0.58 %)     ABN AMRO BANK N.V. 9.548 € (+0.53 %)     ING GROEP N.V. 8.443 € (+1.48 %)     WERELDHAVE 11.530 € (-3.11 %)     JDE PEET'S 33.990 € (+0.77 %)     AKZO NOBEL 89.180 € (+3.34 %)     AHOLD DEL 23.870 € (+1.23 %)     ASM INTERNATIONAL 147.000 € (+2.44 %)     ABIVAX 23.500 € (+6.82 %)     KPN KON 2.538 € (+0.20 %)     NACON 7.500 € (-0.40 %)     AIRBUS 90.710 € (+1.01 %)     ONXEO 0.761 € (-0.39 %)     ENGIE 12.580 € (+0.44 %)     MICHELIN 108.950 € (+1.25 %)     BALYO 1.290 € (-3.01 %)     EUROPCAR MOBILITY 0.990 € (-15.46 %)     SANOFI 85.820 € (+0.53 %)     TELEPERFORMANCE 274.500 € (+0.88 %)     WORLDLINE 77.700 € (+1.38 %)     RENAULT 34.165 € (+1.52 %)     SCHNEIDER ELECTRIC 118.000 € (+0.55 %)     ORANGE 10.720 € (+1.76 %)     ASR NEDERLAND 31.700 € (-0.60 %)     L'OREAL 308.600 € (+0.92 %)     VEOLIA ENVIRON. 19.790 € (+0.43 %)     ROYAL DUTCH SHELLB 14.530 € (-0.27 %)     NICOX 5.910 € (+6.29 %)     HERMES INTL 821.400 € (-0.56 %)     PROSUS 93.920 € (+0.06 %)     REMY COINTREAU 149.200 € (+0.67 %)     BE SEMICONDUCTOR 43.810 € (+3.11 %)     EUROBIO-SCIENTIFIC 14.550 € (+8.18 %)     MAUREL ET PROM 1.622 € (-3.34 %)     LVMH 496.000 € (+0.05 %)     ADYEN 1 622.000 € (+2.98 %)     KERING 609.500 € (+1.13 %)     POXEL 7.100 € (+3.95 %)     VALLOUREC 30.370 € (+3.32 %)     ARTEFACT 2.910 € (-0.68 %)     CORBION 42.650 € (+2.77 %)     TKH GROUP 39.420 € (-0.55 %)     POSTNL 2.880 € (+1.80 %)     KORIAN 28.280 € (+0.21 %)     GENSIGHT BIOLOGICS 6.940 € (+16.84 %)     PEUGEOT 20.130 € (+1.85 %)     BASIC-FIT 29.950 € (+2.04 %)     SOMFY SA 132.200 € (+1.85 %)     CARBIOS 41.100 € (+5.79 %)     ILIAD 174.500 € (+1.39 %)     AIR FRANCE -KLM 5.490 € (+6.64 %)     VALEO 33.670 € (+2.65 %)     CLARANOVA 7.285 € (-0.41 %)  

Le pape juge "urgent" de passer à "un récit économique différent"

21/11/2020 17:37
Le pape François a conclu samedi une rencontre virtuelle internationale avec de jeunes entrepreneurs en estimant qu'"un récit économique différent est urgent" pour venir en aide à la Terre "maltraitée" ainsi qu'aux pauvres et aux exclus.
Dans un vidéo-message retransmis en fin d'après-midi aux participants à cette rencontre, le pape François leur a lancé: "Vous savez qu'un récit économique différent est urgent, qu'il est urgent de prendre acte de manière responsable du fait que +l'actuel système mondial est insoutenable de divers points de vue+ et frappe notre soeur terre, si gravement maltraitée et dépouillée, ainsi que les pauvres et les exclus".
"La gravité de la situation actuelle, que la pandémie du Covid a encore plus mise en évidence, exige une prise de conscience responsable de tous les acteurs sociaux, de nous tous", a-t-il martelé. "Lorsque la crise sanitaire que nous sommes en train de traverser sera passée, la pire réaction serait de tomber encore plus dans un consumérisme fébrile".
En sept ans et demi de pontificat, le pape argentin n'a eu de cesse de critiquer un monde économique cynique, indifférent face aux inégalités sociales et à la diminution des ressources naturelles de la planète.
Début octobre, il a publié une encyclique intitulée "Fraternelle tutti" (tous frères) s'en prenant une nouvelle fois au "dogme néolibéral",qualifiée de "pensée pauvre", ou encore à "la spéculation financière", fondée sur "le gain facile".
Le pape a réaffirmé samedi cette position: "Nous ne sommes pas condamnés à des modèles économiques qui concentrent leur intérêt immédiat sur les profits comme unité de mesure, et sur la recherche de politiques publiques semblables qui ignorent leur coût humain, social et environnemental". "Comme si nous pouvions compter sur une disponibilité absolue, illimitée ou neutre des ressources", a-t-il renchéri.
"Il est temps d'oser le risque de favoriser et de stimuler des modèles de développement, de progrès et de durabilité dans lesquels les personnes, et spécialement les exclus (et parmi ceux-ci aussi la soeur Terre), cessent d'être - dans le meilleur des cas - une présence purement nominale, technique ou fonctionnelle pour devenir des protagonistes de leur vie ainsi que du tissu social tout entier", a-t-il affirmé.
Initiative du pape, cette visioconférence internationale de trois jours, intitulée "L'Economie de François" a été suivie par quelque 2.000 jeunes entrepreneurs ou étudiants de quarante pays, désireux de changer les modèles économiques actuels et construire un avenir moins inégalitaire.
L'événement devait à l'origine se dérouler en mars dans la ville d'Assise (centre de l'Italie), où se trouve le sanctuaire de saint François, mais s'est transformé en rendez-vous virtuel pour cause pandémie.
Les jeunes ont pu dialoguer avec des économistes de haut niveau, sans surprise en phase avec l'approche sociale de l'Eglise.
Jeudi, le cardinal ghanéen Peter Turkson, préfet du Service du développement humain intégral, créé par le pape François, avait ouvert la rencontre en demandant aux jeunes de "construire un réseau global" capable de "donner une âme à l'économie du futur".
L'économiste américain Jeffrey Sachs a présenté par exemple une initiative pour évaluer l'indice de bien-être des enfants, tandis que le chef économiste de l'Agence de l'ONU pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), Maximo Torero, a abordé le drame d'une crise alimentaire mondiale "exacerbée par la pandémie".
Vendredi, le prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus, qui a inventé le micro-crédit, a rappelé que "la richesse du monde est concentrée dans très peu de mains: 99% est dans les mains de 1%": "C'est un mauvais système".

(© 2020 AFP Finance)
© 2020 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


Fil info