COFINIMMO 124.000 € (+1.31 %)     KINEPOLIS GROUP 41.100 € (+1.99 %)     HYLORIS 10.600 € (+0.19 %)     AB INBEV 46.505 € (+3.63 %)     ATENOR 57.200 € (+1.78 %)     LEASINVEST 91.400 € (+0.88 %)     KBC 53.040 € (+3.31 %)     VAN DE VELDE 20.500 € (-0.49 %)     SOLVAY 73.280 € (+2.60 %)     VGP 116.600 € (+0.34 %)     RECTICEL 8.300 € (+1.72 %)     ONTEX GROUP 12.860 € (0.00 %)     WERELDHAVE BELGIUM 54.400 € (+1.12 %)     BREDERODE 77.800 € (+2.64 %)     ARGENX SE 210.600 € (+0.10 %)     AEDIFICA 99.300 € (+2.27 %)     TUBIZE-FIN 83.500 € (+0.72 %)     GBL 77.220 € (+1.93 %)     WDP 25.275 € (+1.42 %)     AGFA-GEVAERT 3.735 € (+1.77 %)     BONE THERAPEUTICS 2.400 € (-1.64 %)     SHURGARD 33.150 € (-0.30 %)     XIOR 50.400 € (+3.49 %)     AGEAS 32.600 € (+1.65 %)     COLRUYT 48.140 € (+0.12 %)     ELIA GROUP 98.300 € (+0.10 %)     QUESTFOR GR-PRICAF 5.760 € (+4.73 %)     KBC ANCORA 31.520 € (+3.01 %)     D'IETEREN 49.900 € (+1.32 %)     BEFIMMO 39.600 € (+1.41 %)     MELEXIS 70.300 € (+2.48 %)     BALTA GROUP 1.130 € (-1.74 %)     DECEUNINCK 1.345 € (-1.10 %)     SOFINA 242.000 € (+0.41 %)     CARE PROPERTY INV. 28.450 € (+0.18 %)     ASCENCIO 47.350 € (+1.28 %)     CELYAD 9.250 € (+0.43 %)     BARCO 23.250 € (+1.57 %)     ACKERMANS V.HAAREN 117.400 € (+1.82 %)     BIOCARTIS 4.505 € (+1.92 %)     TITAN CEMENT 10.800 € (-0.92 %)     UCB 107.000 € (+1.47 %)     SIEMENS 108.000 € (+2.37 %)     EVS BROADC.EQUIPM. 16.500 € (+0.73 %)     CFE 59.500 € (-0.34 %)     MONTEA C.V.A. 90.400 € (+0.78 %)     BPOST 5.895 € (+0.60 %)     GREENYARD 5.400 € (-0.92 %)     TELENET GROUP 36.080 € (+1.29 %)     HOME INVEST BE. 117.000 € (-0.43 %)     BEKAERT 17.690 € (+3.27 %)     INTERVEST OFF-WARE 23.150 € (+0.65 %)     TESSENDERLO 27.100 € (+2.07 %)     GIMV 49.700 € (-1.19 %)     ECONOCOM GROUP 1.712 € (-3.28 %)     EXMAR 2.200 € (+2.33 %)     SIPEF 44.000 € (0.00 %)     UMICORE 44.020 € (+3.43 %)     TINC 13.500 € (+1.89 %)     MITHRA 18.940 € (+2.27 %)  
   TOTAL 35.085 € (+1.28 %)     NOVACYT 3.200 € (0.00 %)     AIRBUS 67.720 € (+3.18 %)     REMY COINTREAU 127.400 € (+2.33 %)     GROUPE GUILLIN 21.400 € (+3.38 %)     STEF 65.400 € (-9.17 %)     ASML HOLDING 343.550 € (+2.87 %)     EUROPLASMA 0.002 € (0.00 %)     EDENRED 41.540 € (+2.54 %)     SCOR SE 24.800 € (+1.14 %)     ASR NEDERLAND 28.080 € (+1.12 %)     TECHNIPFMC 6.690 € (+1.76 %)     BAM GROEP KON 1.440 € (+2.13 %)     LVMH 404.000 € (+1.84 %)     PHARMING GROUP 1.227 € (-2.58 %)     ORANGE 10.950 € (+1.96 %)     SANOFI 92.490 € (+1.64 %)     VALLOUREC 36.240 € (+2.59 %)     L'OREAL 290.300 € (+0.24 %)     ASSYSTEM 23.700 € (+3.95 %)     ABN AMRO BANK N.V. 8.396 € (+5.48 %)     INGENICO GROUP 145.500 € (+0.55 %)     ARCADIS 16.700 € (+0.48 %)     EUROPCAR MOBILITY 2.130 € (0.00 %)     SPINEWAY 0.004 € (+2.94 %)     PEUGEOT 14.700 € (+2.87 %)     AXA 19.222 € (+1.68 %)     ARKEMA 87.400 € (+1.63 %)     RENAULT 23.275 € (+4.40 %)     CREDIT AGRICOLE 8.962 € (+2.80 %)     BNP PARIBAS ACT.A 37.385 € (+3.05 %)     VIVENDI 23.600 € (+2.21 %)     ALSTOM 42.430 € (+1.31 %)     VISIATIV 17.500 € (-0.46 %)     ING GROEP N.V. 6.700 € (+4.25 %)     VASTNED 19.680 € (+1.65 %)     LYSOGENE 2.650 € (-2.21 %)     SOITEC 97.900 € (+0.15 %)     EUROBIO-SCIENTIFIC 8.500 € (+1.43 %)     ROYAL DUTCH SHELLA 14.810 € (+1.27 %)     CHRISTIAN DIOR 392.200 € (+2.67 %)     GALAPAGOS 179.900 € (+1.07 %)     PHILIPS KON 43.575 € (+1.47 %)     UNILEVER 47.560 € (+0.42 %)     QUANTUM GENOMICS 2.850 € (-0.18 %)     SODEXO 64.500 € (+1.99 %)     NACON 5.590 € (+6.07 %)     ALBIOMA 37.800 € (+0.67 %)     DSM KON 126.300 € (+1.12 %)     KORIAN 33.320 € (-0.06 %)     ENGIE 11.405 € (+0.18 %)     THE BLOCKCHAIN GP 0.469 € (+9.21 %)     TF1 4.846 € (+1.38 %)     PIERRE VACANCES 16.200 € (-3.57 %)     JDE PEET'S 37.830 € (-0.71 %)     ADP 95.550 € (+0.74 %)     LAFARGEHOLCIM LTD 40.310 € (+1.43 %)     NEOEN 38.350 € (-2.42 %)     SOCIETE GENERALE 15.866 € (+3.96 %)     DANONE 61.560 € (-0.42 %)  

Thomas Cook: le démantèlement continue, EasyJet et Jet2.com rachètent des créneaux d'aéroport

08/11/2019 14:02
Le démantèlement du voyagiste britannique en faillite Thomas Cook se poursuit au Royaume-Uni avec l'annonce vendredi du rachat par EasyJet et Jet2.com de créneaux horaires dans plusieurs aéroports britanniques.
Ces nouvelles cessions d'actifs interviennent après celle de la marque Thomas Cook et des agences de voyage britannique du pionnier des tours opérateurs, dont la faillite brutale le 23 septembre continue à faire couler beaucoup d'encre.
Le gouvernement conservateur de Boris Johnson est notamment fustigé par l'opposition pour avoir refusé toute injection de fonds qui aurait permis de sauver Thomas Cook et d'empêcher de brader cette entreprise britannique connue dans le monde entier.
EasyJet, qui avait déjà signalé son intérêt potentiel pour certains de ses actifs, reprend des créneaux dans les aéroports de Gatwick, près de Londres, et de Bristol, à l'ouest du pays, pour 36 millions de livres.
De son côté, la compagnie britannique à bas coûts Jet2.com met la main sur d'autres créneaux à l'aéroport de Birmingham (centre), Manchester (nord) et à celui de Stansted à Londres. Le montant n'a pas été communiqué.
La semaine dernière, le groupe chinois Fosun a déjà annoncé l'acquisition de la marque du voyagiste, avec son logo en forme de coeur, pour 11 millions de livres (13 millions d'euros).
L'entreprise chinoise, déjà propriétaire du Club Med, avait prévu de prendre une participation majoritaire dans son activité de tour-opérateur dans le cadre d'un plan de sauvetage mais le voyagiste, à court d'argent, a fini par mettre la clé sous la porte du jour au lendemain.
Le liquidateur public, chargé du démantèlement pour rembourser les créanciers, a également déjà cédé pour 6 millions de livres les 555 agences au Royaume-Uni à la chaîne Hays Travel, qui a recruté 421 ex-employés, indiquant que d'autres offres de postes étaient en cours.
Parmi les actifs figure aussi une centaine d'avions qui dépendait de plusieurs entités mais toutes ne sont pas liquidées. Le groupe possédait également 200 hôtels et clubs de vacances dans le monde sous sa propre marque.
La banqueroute de Thomas Cook, qui a souffert ces dernières années des incertitudes du Brexit et des changements de modes de consommation, a non seulement laissé sur le carreau ses 9.000 employés britanniques mais a nécessité une opération inédite de rapatriement de 140.000 touristes britanniques et de centaines de milliers d'autres dans le monde.
Le sort des ex-employés du voyagiste continue d'émouvoir au Royaume-Uni: le syndicat Unite a affirmé cette semaine que deux tiers des anciens effectifs étaient encore sans emploi.
Le plan de reprise avec Fosun portait sur environ 900 millions de livres, mais des créanciers ont estimé au dernier moment qu'il fallait environ 200 millions de livres supplémentaires pour assurer la viabilité à long terme.
L'ex-patron de Thomas Cook, Peter Fankhauser, a été critiqué pour ne pas avoir rendu les millions de livres de bonus perçus pendant que l'entreprise périclitait. Il se défend notamment en affirmant que le gouvernement, qui répète qu'il n'a pas vocation à sauver toutes les entreprises, s'est refusé à toute forme d'intervention.
ved-jbo/nas

(© 2019 AFP Finance)
© 2020 Tous droits réservés
Cotations différées d'au moins 15 minutes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Lisbonne).
Flux de cotations : Euronext (Places Euronext et Cours des Devises).
Bourse : technologie Cote Boursière


Fil info